> Dégustation chez Melchior-Vins à Mons en Belgique

Goutte_150
Dégustation du 9 au 11 Novembre 2013 chez Melchior-Vins à Mons en Belgique, au Château d’Havré:

Invitation Nov2013

Avec de nombreux collègues:

• Maison Rouallet Desbordes - Champagne
• Mas Cal Demoura - Terrasses du Larzac
• Château Riou de Thaillas - Saint-Emilion Grand Cru
• Clos Thou - Jurançon
• Domaine de la Petite Marne - Jura
• Bodega Enate - Somontano - Espagne
• Mas de Libian - Côtes du Rhône
• Rhum La Mauny - Rhum Agricole


> Guide Hachette des Vins 2011

Goutte_150
Parution au Guide Hachette des Vins 2011:

guide hachette 11:2

Ce petit vignoble est implanté sur une croupe bordant le ruisseau (riou) du Thaillas qui sépare Saint-Émilion de Libourne. Si le terroir mêle ici l'argile, le sable et les graves, le merlot règne sans partage.
Dans le verre, le vin est traversé de reflets rubis et grenat. Le nez s'ouvre sur un fumet de bois grillé et de cuir qui domine pour le moment le fruit. La bouche, d'abord fraîche et souple, est vite habitée par de bons tanins qui devraient s'affiner d'ici un an ou deux.


> L’avis d’Andréas Larsson sur le Château Riou de Thaillas

Goutte_150
Andréas Larsson, meilleur sommelier du monde 2007:

Château Riou de Thaillas Saint-Emilion Grand Cru:
Le rubis clair et profond/pourpre, le nez est pur et affiche le fruit mûr doux, les prunes foncées et quelques notes florales, le palais est plein et a les tannins tout à fait marqués, quelques saveurs épicées et une longueur fine, toujours du jeune côté.

Andreas-larsson

> Des ruches au printemps

Goutte_150
Les abeilles, c’est la vie !
Des ruches seront installées dès le printemps sur le vignoble de Riou de Thaillas. En effet, les abeilles ont un effet bénéfique sur la vigne. Une façon naturelle de travailler…

abeilles

> Les vignobles Dubech en Biodynamie!

Goutte_150
Une sol sain, c’est bon pour la vigne et le vin!

Fort de ce constat et après des essais concluants, Jean Dubech, propriétaire de l’Enclos St-Louis (Canon-Fronsac) et du Château Riou de Thaillas, cultive aujourd’hui sa vigne en biodynamie. « Le respect du sol et du terroir est primordial » explique-t’il

- La Biodynamie, qu’est ce que c’est?

C’est une branche de l’agriculture biologique basée sur l’œuvre de Rudolf Steiner des années 1920. En plus des notions liées à la viticulture biologique (aucune molécule chimique de synthèse ne peut être utilisée), la méthode consiste à dynamiser la vigne en l’aidant à résister par elle-même aux agressions extérieures (maladies, insectes et produits épandus dans le voisinage)
Le tout à l’aide de produits naturels tels que la valériane, l’ortie, la prêle et des « préparâts » utilisés à des doses homéopathiques.
Un meilleur résultat est obtenu en choisissant les bonnes dates pour chaque opération [taille, épandage, rognage…] et en prenant en compte les cycles de la lune et les positions relatives des constellations zodiacales lors de la culture.
La biodynamie appliquée à la vigne a été vulgarisée en France dans les années 80 par Nicolas Joly qui a converti son domaine de La Coulée de Serrant. Certains vignobles sont déjà certifiés sous le label « Demeter ». Des domaines prestigieux, tels que La Romanée-Conti en Bourgogne et Zind Humbrecht en Alsace, sont en biodynamie

- La Biodynamie, pour quoi faire?

Comparer les pratiques de la biodynamie, à des « rituels agricoles vaudous » serait réducteur!
En veillant à la santé du sol, la biodynamie assure la santé de la vigne. Cela sous-tend une observation du vignoble plus attentive, un coût de production plus élevé et davantage de disponibilité de la part des vignerons. Les vignes sont labourées, le sol cesse d’être traité chimiquement.
L’objectif est de restaurer la vitalité du sol fertile, essentiel pour la bonne santé des vignes. La terre est vue comme un “tout” vivant et rien ne doit être laissé au hasard dans cette vision globale de la nature.
En échange, le terroir donne des raisins de très bonne qualité, et le résultat se reflète dans la qualité des vins.